Médecine traditionnelle chinoise

En tant que praticien de médecine traditionnelle chinoise, nous nous devons d’être à l’écoute.

A l’écoute de notre patient, car nous n’avons, pour établir un diagnostic de médecine chinoise, que nos capteurs naturels. Pas de scanners, pas d’analyse de sang… La consultation débute donc dès la salle d’attente où nous accueillons le patient et où nous le voyions, où nous lui serrons la main, où nous nous saluons. Pour paraphraser le film « Avatar » de James Cameron, c’est un « Je te vois » à la place du « Bonjour ».

Nous nous devons d’évaluer chaque patient dans ses trois composantes : physique, émotionnelle et spirituelle. L’être humain dans sa globalité.

Quel est le paysage interne et externe de cette personne ? Quelle est la qualité et la quantité de ses « souffles » ? Nous tenterons de le comprendre en discutant avec elle, aux réponses qu’elle nous donnera sur son histoire médicale et ses habitudes de vie, mais aussi à la force de sa voix, à ses paroles et à ses silences. Ce que l’on dit peut avoir moins d’importance que ce que l’on tait et qui se ressent…

Son paysage externe, la couleur de son teint, les marques sur sa peau, la qualité de ses cheveux, l’éclat du regard, tout est élément de diagnostic. Ainsi que le pouls, bien sûr, grand marqueur traditionnel. La qualité du flux sous la pulpe des doigts est notre plus grand indicateur. Prendre le pouls demande beaucoup de présence et de soin. L’état de la langue nécessite aussi une grande attention.

Ainsi sera établi une sorte « d’état des lieux » du Yin et du Yang de cette personne, de la qualité et de la quantité de son énergie et de son sang, ainsi que du fonctionnement de ses organes internes. Nous pourrons agir avec nos moyens thérapeutiques qui sont en premier lieu, ne l’oublions jamais, la compréhension et l’accueil de la souffrance du patient, puis la pose d’aiguilles en fonction du diagnostic établi sur certains points d’acupuncture, et enfin si cela s’avère nécessaire sur la prescription d’une combinaison de plantes issue de la pharmacopée traditionnelle chinoise.

Pendant la pose des aiguilles, si le patient le désire, je pratique une séance de relaxation qui induit le relâchement du corps et la paix de l’esprit, facilitant le travail énergétique. Nous pouvons également échanger sur les problèmes rencontrés par le patient et entrevoir des réponses différentes, apportées par le regard de la philosophie asiatique.

Chaque consultation est une rencontre, un moment privilégié d’écoute et de soin, qui doit permettre à chacun de réintégrer au mieux son potentiel énergétique.

Ces soins ne se substituent pas à la médecine allopathique.